Programme FLAM (Français Langue Maternelle)

logo-theme-educationLa scolarité des français de l’étranger est souvent appréhendée uniquement autour de la problématique du réseau des lycées français à l’étranger.

On le sait peu, mais seulement 30% des enfants français à l’étranger sont scolarisés à l’intérieur du réseau AEFE, les autres étant scolarisé dans le système du pays d’accueil. Plusieurs raisons à cela : Absence ou éloignement du lycée français, excellence scolaire du système locale…

Cependant, pour un certain nombre de parents concernés on note également l’envie de faire conserver à leurs enfants un contact avec leur culture d’origine. C’est pour eux que l’on a pensé et créé une offre scolaire alternative : le programme FLAM.

FLAM pour quoi faire ?

flamLe programme FLAM, initié en 2001, a pour objectif de permettre à des enfants français ou binationaux de suivre, dans un contexte extrascolaire, un apprentissage spécifique de la langue et de bénéficier d’un contact avec la culture française. Il s’adresse aux enfants d’un niveau scolaire correspondant à la grande section de maternelle, aux classes de primaire et à celle du secondaire.

Dans le cadre d’un partenariat avec les services de coopération et d’action culturelle, une validation des compétences linguistiques acquises est possible pour l’obtention du DELF (Diplôme d’étude en langue française). Le développement d’un tel partenariat devrait, en outre, permettre aux «élèves FLAM», s’ils le souhaitent :

  • de rejoindre, à un moment donné de leur parcours scolaire, soit des établissements scolaires relevant du système français (à condition de satisfaire aux exigences imposées par notre système éducatif dans les autres matières enseignées), soit des sections bilingues implantées dans le pays.
  • de rejoindre, à un moment choisi de leur apprentissage, les cours de langue des Instituts, Centres culturels et Alliances françaises, étant entendu que le Programme FLAM n’a aucunement vocation à se substituer à l’enseignement scolaire, mais se donne pour mission d’assurer un apprentissage linguistique dans un autre cadre, là où l’enseignement du français n’est pas disponible.

A terme, cette ouverture du DELF devrait favoriser, entre les systèmes scolaires français et locaux, la création et l’institutionnalisation de passerelles, qui seraient alors en mesure de répondre aux demandes de mobilité des jeunes élèves et étudiants, et particulièrement dans l’espace européen.

Le programme FLAM est actuellement développé dans une vingtaine de pays, au travers de structures associatives de droit local.

information nombreuses. A chaque fois, vous avez montré votre enthousiasme devant notre proposition de mettre en place un tel dispositif en Norvège. En Islande, l’absence de Lycée français, rend l’alternative FLAM d’autant plus intéeressante. Si vous nous accorder votre confiance, nous ferons, dès notre élection, le nécessaire pour lancer le projet et passer aux étapes suivantes.

En effet, une grande partie du budget est financé pendant un temps limité par l’AEFE. Cette dernière peut apporter un soutien financier au démarrage du programme. L’aide accordée, modulable en fonction du coût de la vie de chaque pays, ne peut être supérieure à 50% du coût total de l’opération. Elle est réduite progressivement au fur et à mesure de la pérennisation du programme, sans aller, en principe, au delà d’une cinquième année. Pour la constitution du dossier de subvention: se reporter aux instructions officielles.

Pour être éligible à cette subvention notre structure doit accueillir 10 enfants français minimum, âgés de 3 à 16 ans et non scolarisés dans un lycée français.

Il s’agira donc d’identifier ces enfants, ainsi que les personnes désireuses de nous accompagner bénévolement dans ce projet. Dépôt des statuts, gestion de la structure…

FLAM pour qui ?

Cette structure est nécessaire pour les personnes en Islande et en dehors du centre d’Oslo et Stavanger, pour qui le lycée français le plus proche est trop éloigné, et qui pourraient profiter d’une structure à moindre coût, et/ou d’une structure d’accueil scolaire prenant en charge leurs enfants, en dehors des horaires des lycées français.

C’est avec plaisir que nous avons pu échanger tout au long de cette campagne avec des familles aux profils différents. C’est donc une voie alternative et complémentaire que nous souhaitons développer avec vous.

Le programme FLAM n’existe pour le moment qu’à Bergen, précurseur en Norvège. Il faut donc tenter de le développer pour toucher le plus grand nombre. C’est un engagement que nous prenons devant vous pour les années à venir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s