Compte rendu Conseil Consulaire 30.10.19: Institut français

arton279Le conseil consulaire, réunissant les 3 conseillers consulaires, Mr l’Ambassadeur P.-M. Duhamel, Mme la Consule L. Chrétien et Mme A.-B. Couchouron, s’est tenu le 30 Octobre dernier. Parmi les sujets évoqués, j’avais demandé à ce que la situation préoccupante de l’Institut Français soit mis à l’ordre du jour. Mr l’Ambassadeur s’est donc chargé de faire le point sur cette situation. En voici le compte-rendu.

La première demande concernant la situation de l’IF date de Mars 2017. 
L’administration centrale s’était émue du poids des dépenses de fonctionnement , notamment la masse salariale, qui avait conduit à une sorte de déficit structurel de l’établissement. Ce diagnostic a été confirmée par par la mission d’inspection des affaires étrangères passée en 2017. Celle ci avait recommandé une remise sous contrôle de l’institut pour résorber ce déficit, éventuellement par une réduction des effectifs si les départs en retraite ne le permettait pas. 
Le poste a réagi à l’époque et a proposé un dispositif de réduction de la masse salariale en mars 2018. Cela a conduit au licenciement de 2 agents et à un effort conséquent pour accroitre le niveau des recettes. Cette équation révisée a fait l’objet d’un accord au niveau central en août 2018. 
Début 2019, le directeur général de la Direction Générale de la Mondialisation a fait savoir que les mesures prises n’étaient pas suffisantes et a ordonné au poste de procéder à la fermeture de l’IF. 
Cela a conduit Mme Crosnier a faire des contre propositions, la fermeture de l’IF posant un certains nombre de problème de fond notamment dans la relation franco-norvégienne. 
Ces propositions ont été rejetée en mars 2019 .
À son arrivée, en avril 2019, le nouvel ambassadeur a lui même été amené a faire des propositions alternatives complémentaires le 03 mai 2019. Il a malgré tout obtenu une réponse parfaitement fermée fin mai 2019 avec une position de principe intangible sur la fermeture de l’IF conduisant à un retour vers le passé,  puisque l’on revient à la formule du SCAC. 
En pratique, cela signifie la mise en oeuvre d’un double mouvement, mouvement concernant le personnel avec la mise en place d’un dispositif de rupture conventionnelle pour la totalité des agents à Oslo et à Stavanger, et mouvement concernant la production des cours de francais. En effet, les professeurs de l’IF ont pris l’initiative de lancer la création d’un dispositif associatif qui reprendrait à partir de la fermeture complète de l’institut, l’activité de production de cours de francais, initiative qui sera appuyée par l’Ambassade. Cette initiative qui au départ semblait être  une structure associative, semble plutôt être une structure privée au final. 
Initialement la date choisie par le Quai d’Orsay pour la fermeture de l’IF a été décidée au 31 décembre, date qui a été repoussée au 30 juin après demande de l’Ambassadeur, ceci afin de trouver l’ensemble des solutions nécessaires. L’activité de l’IF continue donc jusqu’au 31.03. 
C’est évidemment une issue douloureuse qui laisse l’ambassadeur perplexe quant à l’environnement décisionnel de cette affaire, notamment car il y avait d’autres possibilités viables et opérationnelles, Cette décision ne prend d’ailleurs pas en compte la réalité financière de l’institut qui est assainie depuis 2018.
Parmi les raisons expliquant cette décision, il y a un motif immobilier. Le quai d’Orsay souhaite en effet réaliser des cessions d’actifs pour réalimenter un fond d’affectation qui a avancé un certain nombre d’investissements. La vente du bâtiment de l’IF est donc un objectif demandé.  
L’ambassadeur a proposé des alternatives notamment avec l’objectif de rassembler la totalité des agents des services de l’État sur un même site, en l’occurence sur Holtegata et en cédant plutôt la villa de l’attaché de défense et le bâtiment du consulat. 
Ce projet est sur la table.
L’objet du débat avec le Quai d’Orsay est de savoir ce qu’il va rester de l’action culturelle. 
Pour Mr l’Ambassadeur Duhamel, à ce stade, il est encore possible d’enclencher les freins malgré les décisions prises pour le personnel.
L’ambassadeur a choisi de ne pas utiliser un certain nombre de moyens plus “agressifs” pour envoyer un choc électrique sur l’administration notamment en appelant le premier ministre par exemple. Il reste cependant très actif sur cette question puisqu’il avait prévu d’en discuter debut novembre avec la Direction des Français à l’étranger et de l’administration consulaire (DFAE).
À la question de savoir si la mobilisation des élus représentant les français de l’étranger pourraient s’avérer utile, Mr. l’Ambassadeur a confirmé que toutes les forces pouvant influer sur cette décision sont utiles, cependant il a tenu a rappelé que les députes LREM Genetet et Holroyd ont déjà été informés au mois de mai dernier déjà pour Mr. Holroyd, au mois de Septembre pour Mme Genetet, sans qu’il ait eu un retour sur le sujet à cette date, pas plus que le sénateur Cadic présent à Oslo en Septembre ou la secrétaire d’état Poirson présente à Oslo début Novembre. 
J’avais de mon côté informé la sénatrice Conway Mouret en septembre qui a pris contact avec la directrice de l’Institut ainsi qu’avec Mr l’Ambassadeur et est intervenue auprès du Quai d’Orsay.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s