Conseil lecture: Le Prix de la démocratie

prix de la démo_0Pour mieux comprendre le fonctionnement de la politique en France, ainsi que l’évolution vers plus de populisme, je conseille la lecture du dernier livre de l’économiste Julia Cagé. Ce livre est le fruit d’une longue etude sur le financement des partis politiques sur 50 ans dans 10 pays.

L’étude est assez frappante et l’on constate que l’ensemble des citoyens financent en fait les preferences politiques des plus grandes fortunes.

En effet, si vous êtes riches en France aujourd’hui, vous pouvez donner jusqu’à 7500€ à un parti politque, mais vous ne payez en fait que 2500€. Les 5000€ restants sont à la charge des francais puisque vous beneficiez d’une reduction d’impôts à hauteur de 66%.

Maintenant, si vous êtes au SMIC. À priori, pour commencer, vous ne donnerez pas 7500€ à un parti politque, cela représenterait la moitié de votre salaire annuel. Si vous voulez tout de même soutenir un parti, et décidez de donner, par exemple, 300€:  dans ce cas là, vous payez…300€?!

Cela s’explique car, bien que vous payiez beaucoup d’impôts par ailleurs, comme vous n’êtes pas imposable au titre de l’Impôt sur le revenu, vous ne beneficiez pas des reductions d’impôts.

On a mis en place un systeme aujourd’hui en France où l’on depense chaque annee plus de 60 millions d’euros en cadeaux fiscaux pour les dons des seuls plus favorises aux partis politiques de leur choix, qui sont souvent plutôt…libéraux-conservateurs-En Marche…

Du coup, on a des hommes politiques qui partent à la chasse au chèque,  évidemment plutôt la chasse aux plus favorisés; une chasse aux dons qui se concentre dans les grandes  villes françaises, Paris ou Lyon notamment, mais aussi à Londres, New York ou Beyrouth, pour financer leurs campagnes électorales.

Les plus favorisés ont donc plus voix au chapitre, notamment lors de l’élaboration des programmes politiques, que les moins fortunés. Ils se font doublement pénaliser car cet argent recolté par les personnalités politiques sert pendant les campagnes electorales. Hors, plus l’on depense pendant une campagne électorale, plus on de chances de l’emporter.

Pour Julia Cagé, là commence la rupture avec l’électorat. De plus en plus, les catégories populaires se tournent alors vers les populistes, et notamment vers les partis d’extrême droite. Cela notamment, car cette course aux dons conduit à une dérive à droite sur les questions economiques des partis traditionnellement de gauche qui ne representent plus les classes moyenes et populaires. De ce point de vue là,  le cas d’Hillary Clinton aux États Unis est marquant; on peut, en effet, constater que le programme économique du Parti Démocrate n’etait pas tres different  du programme economique de Trump. Il a d’ailleurs souvent été reproché à Hillary Clinton ses discours aux grandes banques dont elle aurait refusé de dévoiler le contenu. Ce constat peut se faire également avec Tony Blair en Angleterre ou Matteo Renzi en Italie.

Finalement, la gauche semble abandonner d’une certaine manière les classes populaires sur le plan economique, en parti donc parce qu’elle lève de l’argent au près des classes les plus favorisés,  ce qui est une partie de l’explication de l’explosion des populismes.

Dans son livre, Julia Cagé ne s’arrête pas au constat, elle propose certaines solutions.

D’abord elle propose de baisser le plafond des dons à 200€ afin de limiter la capacité des plus fortunés à jouer sur les programmes politiques.

Par ailleurs, elle propose des  ”bons pour l’égalité démocratique”. Cela consisterait à prendre touttes les sommes consacrées aujourd’hui de la démocratie, notamment les reductions fiscales, qui seraient donc abolies, et ont alloue le meme montant aux citoyens independamment de ses revenus. Cela ferait 7€ pour chaque citoyen. Elle propose, au moment de la déclaration de revenus, d’indiquer dans le même temps le mouvement politique auquel vous souhaitez voir allouer vos 7€, ce qui aurait 2 avantages:

  • C’est égalitaire, c’est le même euro pour tous les francais. Une voix= un euro.
  • C’est dynamique. En effet, aujourd’hui, le système de financement publique de la démocratie en France est figé par intervalle pendant 5 ans. Les sommes publiques allouées aux partis sont dépendantes des résultats des élections legislatives; ce qui veut dire que pour être en mesure de gagner les élections suivantes, il vaut mieux avoir gagner les précédentes,  à moins, comme dans le cas d’En Marche, d’être capable de lever des sommes importantes auprès des plus fortunés, avec les conséquences que l’on constate aujourd’hui. Mais dans le cas des Gilets Jaunes, par exemple, s’ils venaient à créer un parti politique, ils n’auraient aucun financement publique dans le systême actuel avant 2022! Les ”bons pour l’égalité démcratique” dynamiseraient ce système en annualisant le financement publique de la démocratie.

Emmanuel Macron aimait à dire que dans son parti, on ne vivait pas du contribuable. L’analyse de Julia Cagé démontre que c’était faux.

Malgré tout, on peut dire qu’en tant que nouveau parti, il était dans l’obligation de faire plus d’efforts pour aller chercher des fonds privés. . L’étude récente des dons accordés à Emmanuel Macron montrait au contraire que la majorité des dons reçus étaietn des ”dons plafonds” à hauteur de 7500€. Ces efforts nécessitent forcément certaines promesses comme la suppresion de l’impôt sur la fortune ou encore plus récemment puisque cela se faisait pendant que le Président s’adressait aux”Gilets Jaunes” l’allègement de l' »exit tax”, taxe dont l’objectif était de freiner l’exil fiscal…

D’autres candidats, dans d’autres pays, ont fait campagne différement pour aller chercher des dons privés. Bernie Sanders aux États-unis, par exemple, a lui choisi de refuser tous les dons au dessus de 200$. Pour autant, en allant parler à l’ensemble des américains, il a réussi à lever quasiment autant d’argent qu’Hillary Clinton.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s